30 people found this review helpful
1 person found this review funny
Recommended
0.0 hrs last two weeks / 59.8 hrs on record
Posted: Oct 11, 2015 @ 2:35am
Updated: Oct 11, 2015 @ 2:38am

Early Access Review
J'ai (pré)acheté ce jeu dès que cela a été possible, étant fan de la licence Warhammer et amateur de jeux tactiques. Malheureusement, les premiers essais sur le titre ne m'ont pas beaucoup donné envie d'y passer du temps, Mordheim se révélant être un accès anticipé réellement à l'état d'alpha.

La bonne nouvelle, c'est qu'il est désormais intéressant de jouer à Mordheim: City of the Damned ! Principalement depuis l'ajout des fonctionnalités de gestion de bande, le système de progression qui donne enfin un intérêt au jeu (à mon sens, en tout cas). Créer et faire évoluer sa bande, faire en sorte que ses ouailles survivent et gagnent en puissance, voici tout le sel d'une campagne de Mordheim. Par contre, cela vient avec une contrepartie : la gestion de bande étant persistante et le mode "iron man" intégré au système (pas de sauvegarde manuelle, à ma connaissance), on peut très bien perdre la partie de façon brutale et sans appel.

Techniquement, le jeu n'est pas une immense réussite, mais il fait bien son boulot. La direction artistique fait tout son possible pour rappeler la recette très spéciale du monde de Warhammer, et plus spécifiquement du jeu de plateau Mordheim : gothique, sombre et désespéré. Musique et (discrète) ambiance sonore sont au diapason. Je n'ai pas subi de plantage du jeu dans les dernières versions, et les bugs ne sont pas légion dans cette alpha / bêta.

Le titre est hardcore, reposant sur des mécanismes assez difficiles à bien appréhender. Il vous faudra très certainement épuiser quelques bandes avant d'en faire une qui tient la route. Pour ma part, j'ai testé chaque faction et je n'ai réussi pour le moment à rencontrer le succès qu'avec les seules Soeurs de Sigmar. Jusqu'à cette mission fatidique "Acte 1 - 1" qui demandait de faire preuve d'agilité pour sauter d'un balcon à un autre, chose que mes guerrières en armure lourde se sont révélées assez incompétentes à réaliser. C'est l'un des reproches que je fais au jeu : dans ce contexte où blessures et mort éventuelle sont permanentes, où les ressources sont assez rares, je trouve dommage que tout repose autant sur le hasard. C'est l'un des travers de jeux avec figurines Games Workshop, mais ici je trouve cela difficile. Ma première bande du Chaos, dans sa toute première mission, s'est retrouvée éparpillée sur toute la carte, mon chef à la merci de trois ou quatre ennemis... je l'ai perdu dès la première mission ! Idem, ces satanés sauts à 45% de chance de réussite avec mes Soeurs de Sigmar me restent en travers de la gorge ! Dans l'absolu, je trouve le risque moins "aisé" à identifier que dans un Darkest Dungeon, par exemple. Aussi punitif en cas d'échec, ce dernier permet à mon avis de mieux gérer le repli stratégique, de mieux doser la prudence... ceci dit, comme je suis encore un peu en phase de découverte, je ne condamnerai pas le système pour autant. Je vais tenter de mieux m'en accomoder.

Ne finissons pas sur cette note un peu négative. Pour qui est fan de Warhammer et de Mordheim, pour qui aime le challenge et la gestion d'une force en mode iron man, le gameplay tactique complet et complexe, ce jeu est une très bonne pioche. Si vous ne correspondez pas totalement à ce portrait, patienter encore quelques mois pourrait être une bonne idée.

Quoi qu'il en soit, Mordheim commence à ressembler à ce qui avait été annoncé. Il rend à merveille l'ambiance fétide et désespérée de la Cité des Damnés. Les quatre bandes sont très différentes et toutes intéressantes à découvrir. Les développeurs sont très clairs quant à ce qui est présent dans le titre, ce qui va venir rapidement et ce qui va prendre plus de temps. En bref, je recommande le jeu et son early access, pour peu que l'on ait bien compris où l'on mettait les pieds (Little John).
Was this review helpful? Yes No Funny