Mustache
Stache   Korea, Democratic People's Republic of
 
 
:acduck: < Don't eat me, Robotcat!
Currently Offline
Rarest Achievement Showcase
Review Showcase
2.6 Hours played
Temper Tantrum est un agréable petit jeu remettant au goût du jour le concept de Pacman par l'intermédiaire d'une histoire poignante. Véritable précurseur dans son genre, on y incarne un jeune enfant, laissé seul dans diverses maisons, tandis que sa famille se trouve portée disparue, probablement morte. C'est dans ces maisons que l'aventure se déroule.

Une histoire implicitement profonde

L'enfant, seul et désemparé, décidé alors, à l'instar de Sabine Paturel, de détruire les lieux dans lesquels il se trouve, commence à s'amuser dans la destruction. Cependant, la joie juvénile de "tout casser" se transforme au fur et à mesure en une haine profonde, tangible, envers ses géniteurs. Et c'est là où le jeu bascule dans le jeu d'horreur, tel un Lucius camouflé en jeu tout public ; la haine attire le démon, qui prodigue à l'enfant des pouvoirs surnaturels : un simple contact avec le protagoniste et une destruction s'en suit.

Le Mal est puissant

Pour tenter de l'arrêter, les esprits de ses défunts proches, prisonniers pour une raison inconnue - une licence scénaristique de la part du développeur, passons dessus - de leurs anciennes demeures, s'unissent et le poursuivent, pour tenter d'exorciser le mal qui est en lui. Dans le jeu, cet exorcisme est habilement camouflé en un désir de mettre l'enfant au lit, analogie claire au demeurant. Ne nous y prêtons cependant pas, il est clair, au vu de l'animation au contact avec un fantôme, juste avant de perdre une vie, qu'il s'agit bien d'un exorcisme, l'enfant flottant littéralement dans les airs, le corps parcouru de spasmes formidables. Le mal cependant est puissant, car deux fois sur trois, la vie ne sera pas enlevée du compteur.

Apologie du diabète

Pour lutter contre les fantômes, le joueur pourra compter sur l'apparition de sweet treats, à savoir des "friandises", mais dont la consonance fait par trop penser à sweet threats, "douces menaces". En ramassant ce power-up, le pouvoir du joueur se voit décupler, et sa capacité à détruire est poussée à son paroxysme : il peut désormais faire exploser les fantômes de ses proches, les condamnant à une disparition définitive, leur âme, à l'instar probable de leur corps, n'étant plus.

Tout est cyclique, symbolique, maléfique

Tout dans ce jeu est fait pour que le joueur s'incarne totalement dans l'enfant. L'écran d'accueil est agressif, avec une musique libre de droit tournant en boucle - hommage véritable à ces (milliards d') autres jeux qui utilisent aussi cette musique -, boucle représentée encore par le protagoniste tournant en cercle - démoniaque, évidemment - poursuivi par ses défunts proches. La quantité de niveaux est également ajustée - trois, nombre symbolique de la cabale - et lesdits niveaux se succèdent pour symboliser la répétition du mal. Les contrôles sont également calibrés avec finesse pour faire passer dans l'esprit du joueur la sensation de possession et la haine affublée au gamin : ils sont affreusement mauvais, mais cela est fait exprès, concordant avec la soi-disant mauvaise gestion des collisions : en réalité, les pouvoirs maléfiques de l'enfant lui permettent de voir à travers les murs, voire d'en traverser certains.

Conclusion

...

J'L'AI ACHETÉ POUR DROP LES CARTES ! PROMIS !

Recent Activity

1.6 hrs on record
last played on May 11
13.1 hrs on record
last played on May 11
9.8 hrs on record
last played on May 5
Ivytek Jan 8, 2019 @ 2:33am 
Bonjour Mustache! Tu es quelqu'un de très swag =D
toucan du turfu Oct 5, 2015 @ 7:55am 
MERCI DE LA TRADUCTION
Gooseman Aug 4, 2013 @ 6:01am 
Post in your thread, ♥♥♥.
Mustache Sep 8, 2012 @ 2:25am 
A la limite, j'ai la capacité de supprimer les commentaires sur mon profil. Mais c'est de la censure, et j'ai la flemme ^^"
Nuxies Sep 7, 2012 @ 10:11am 
T'es pwned, ♥♥♥♥♥♥ !